Jour 1

Dimanche 17 février, Nous quittons le Québec en direction de notre nouvelle aventure: l’Éthiopie.

Le vol de 14h s’est bien déroulé. Heureusement que nous pouvons regarder des films pour que le temps passe plus vite.  Sophie et Audrey ne sont pas les meilleures pour dormir dans l’avion. Après 2 heures de sieste, elle se réveille. Steve et moi avons réussi à dormir 5 heures d’affilée.

Jour 2

Lundi 18 février
Nous arrivons à 7h10 à Addis Abeba, la capitale. La procédure pour le visa est un peu longue à notre goût, mais nous ne sommes pas pressés, car nous reprenons l’avion pour Gondar à 14h30. Après plus d’une heure d’attente et de paperasse, voilà que nous récupérons nos bagages.  Nous avons beaucoup de temps à tuer. Nous décidons de prendre un taxi pour aller dans un resto local près de l’aéroport pour déjeuner. Nous sommes les seuls touristes. Les serveurs ne savent pas trop comment nous expliquer le menu avec leur anglais approximatif, alors nous commandons n’importe quoi. C’est un plat d’œufs brouillés accompagnés de pâtes feuilletée frites style BBQ qui arrivent à notre table. Bref, on comprend pourquoi ils ne savaient pas comment nous l’expliquer, car on ne sait pas comment vous l’expliquer!

Tous les yeux du personnel sont rivés sur nous et ce sont presque tous des serveurs masculins! Pas besoin de vous dire que ce sont surtout nos filles qui sont regardées. Il y en a même un qui demande à Sophie son adresse dans le but de correspondre avec elle. Sophie feint de ne rien comprendre pour s’en sortir!

Vers 11h00, nous décidons de retourner attendre à l’aéroport. Nous embarquons dans une Lada bleue et blanche (les couleurs de taxi officiel), la voiture est fini ben raide, mais c’est bien comique de vivre cette expérience.  C’est un peu la raison pourquoi nous faisons ces voyage!

En arrivant à l’aéroport, nous nous rendons tout de suite dans le «Lounge», puisque Steve est membre Star Alliance Or. Il faut bien que tous ses voyages d’affaires aient des avantages… Bon. Ce n’est pas les mêmes standards que les Lounges occidentaux, mais ça fait l’affaire pour attendre quelques heures.

Un court vol de 55 minutes et nous arrivons à Gondar, petite ville universitaire de 320 000 habitants, à 2300 m d’altitude. Nous sommes entourés de collines. La température est parfaite, il fait environ 27 degrés avec un léger vent.  Nous prenons un taxi pour arriver 20 minutes plus tard à notre hôtel (Gondar Plaza Hotel). Tout le monde nous regarde débarquer. Il n’y a pas d’Occidentaux à l’horizon à part nous.

Nous avons faim et décidons de manger au restaurant de l’hôtel qui est rempli de locaux : c’est bon signe! Encore une fois, nous ne sommes pas trop certains de ce que nous commandons : mais nous aimons les surprises! Nous goûtons à notre premier Injera. Le injera est l’aliment national de base dans la cuisine éthiopienne, il fait partie de presque tous les repas. C’est comme une fine crêpe spongieuse de couleur grise avec un goût acidulé qui surprend dès sa première bouchée. Celle-ci est présentée comme une serviette roulée ou dans le fond de l’assiette sur laquelle on y dépose les viandes et les sauces. Les locaux en coupent des petits morceaux pour attraper la nourriture. Ici, tout le monde mange avec la main droite, donc l’injera est comme leur fourchette!

Nous complétons notre repas avec un drink local fait à base d’avocat mélangé à de la grenadine. Bon, bien heureux d’y avoir goûté, mais nous n’en ferons pas notre drink de tous les jours!

Nous décidons d’aller prendre une marche en ville après notre repas. C’est toujours surprenant de voir combien il y a de gens dehors, dans la rue. La rue est animée par les kiosques et les boutiques de fortune. Il y a plusieurs pèse-personnes sur le trottoir afin de vérifier son poids! En tout cas, ici les Éthiopiens n’ont pas besoin de valider ça, car ils sont tous minces et élancés.

À peine sortis de l’hôtel, deux enfants nous demandent de l’argent. Le gardien de l’hôtel essaie de les faire fuir en leur lançant une pierre!!! Et oui, gros malaise! Nous continuons notre route et affrontons notre premier bain de foule. Impossible de passer inaperçus. Les gens sont bien sympathiques et nous sourient. Il y a beaucoup de jeunes hommes entre 15 et 20 ans qui se promènent et qui analysent nos filles de la tête aux pieds. Plusieurs les saluent, il y en a même un qui avance vers Audrey et lui donne la poignée de mains et une tape dans le dos. Elle trouve ça drôle. Il lui parle en Amharic. Ces deux amis rient de le voir se mettre dans cette situation. On ne comprend rien mais on trouve qu’il a beaucoup de guts!

Les chauffeurs de tuktuk nous demandent tous si nous avons besoin de leur service. Et c’est là que nous rencontrons Samy, un très beau chauffeur de 21 ans, drôle avec un bon anglais avec qui nous négocions ses services de guide/chauffeur pour demain.

Nous retournons à l’hôtel pour dormir, nous sommes vidés. Aussitôt que nous déposons nos têtes sur l’oreiller, nous nous endormons.

Catégories : Éthiopie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.