Jour 4

Jeudi 21 février
Une autre nuit difficile. Les matelas étaient durs comme de la roche et les oreillers… ça pis une bûche de bois, c’était pareil. Nous avons dormi sur nos vêtements que nous avions insérés dans les taies d’oreillers. Nous entendions nos voisins ronfler et les chants religieux ont joué de 2h à 7h du matin. Sophie est la seule qui a réussi à faire une nuit complète. Son secret? Prendre une bonne douche froide avant de se coucher!

Pour déjeuner, on nous sert des crêpes-omelettes. Vous vous demandez peut-être ce que c’est? Il s’agit d’une omelette qui goûte la crêpe ou si vous préférez, d’une crêpe qui goûte l’omelette. Finalement, le serveur élucide le mystère lorsqu’il nous demande : « Est-ce que vous voulez une autre crêpe? »  Il y a aussi du pain, des bananes, du beurre de peanut, de la marmelade et du thé. On se débrouille avec ça!

Départ vers 8h15. Objectif : 6 heures de route pour aller à Aksoum. Nous sortons des hauts plateaux pour descendre dans les plaines. Ça tourne! La vue est belle, ça ressemble à un mélange de Monument Valley, du Grand Canyon et de la Jordanie. Nous suivons une van pleine à craquer et Kuncho nous informe que ce que nous voyons sur le toit est une dépouille. Le corps est étendu sur un brancard et recouvert d’une bâche mauve. C’est assez spécial. Nous espérons qu’il ne tombe pas compte tenu que nous tournons beaucoup.

Nous devons ralentir souvent pour laisser passer des animaux. Beaucoup d’ânes, de chèvres, de moutons et de vaches qui partagent la route avec nous. Il n’y a vraiment pas beaucoup de véhicules (motos, autos, camions, autobus) jusqu’à maintenant. Tout le monde marche. Et de très longues distances. Nous voyons des enfants marcher pour l’école sous l’étouffante chaleur. Certains doivent marcher 2 heures sur le bord des routes sinueuses et montagneuses. C’est impressionnant. Kuncho nous explique que l’école est gratuite et qu’il y a deux horaires d’école, soit le matin de 8h00 à 12h30 pour un groupe et de 12h30 à 17h00 pour le deuxième groupe. Cette façon leur permet de pouvoir aller à l’école une partie de la journée et de pouvoir aider leurs parents dans l’autre partie. Les écoliers sont bien jolis avec leurs gilets de laine soit tous bleus ou tous rouge dépendamment de l’école où ils vont. La plupart d’entre eux se tiennent par la main ou par l’épaule et marchent dans la rue en groupe. Ils nous saluent et nous sourient lorsque nous les dépassons.

Une fois arrivés dans la plaine, nous apercevons notre premier dromadaire. Il est enseveli sous une montagne de foin. On croirait voir une botte de foin à 4 pattes! En parlant de foin, la majorité des gens sont des agriculteurs et nous avons constaté qu’ils entreposent leur foin dans les arbres. Comme il y a beaucoup d’animaux libres (sans clôture), c’est la façon la plus sécuritaire pour protéger le foin.

Nous arrêtons mettre de l’essence. Il n’y a pas de « dépanneur » annexé. Ce ne sont que des postes à essence en plein soleil. Nous traversons plusieurs petits villages. Comme il n’y a pratiquement jamais de voiture sur la route, les gens sont tous en plein milieu du chemin à discuter entre eux. Quelques coups de klaxon et les gens se déplacent tranquillement sur le côté. Souvent, des gens nous tendent la main pour avoir un lift, mais ce n’est pas possible de les embarquer.

Nous arrêtons dîner dans une plus grande ville. La bouffe est correcte. Plus loin, un groupe d’hommes marchent en se tenant par la main et escortés par des policiers. Notre chauffeur nous dit que ce sont des prisonniers. Rien de moins. Ils sont allés faire des travaux communautaires. Ce ne sont pas de grands criminels, car il nous explique que les meurtriers sont exécutés. D’ailleurs, jusqu’à maintenant, toutes les villes sont sécuritaires à 100% et nous pouvons marcher le soir.

Finalement, nous arrivons à Aksoum (2130m d’altitude), l’une des dernières cités des grandes civilisations de l’Antiquité. Aksoum est une ville avec tout plein de mystères et d’histoire. De quoi fasciner les amateurs d’Indiana Jones. C’est ici qu’a vécu la légendaire reine Saba (Xe siècle av J-C). Un des trois Rois mages est né ici. Également, la légende dit que dans l’une des chapelles de la ville se retrouverait l’Arche d’alliance contenant les dix Commandements. Toutefois, personne ne peut la visiter et seul un moine « gardien à vie » peut y entrer.

Il y plusieurs obélisques antiques disséminés un peu partout dans la ville. Ce sont d’immenses pierres tombales sculptées dans le granit. Les sites archéologiques sont encore embryonnaires (90% non fouillés). Ils ont découvert que sous les obélisques reposaient des tombeaux de rois avec soit disant leurs trésors, mais ceux-ci auraient été pillés. Nous visitons ses chambres funèbres souterraines. Il y a un tombeau en granit très mystérieux qui repose dans l’une des chambres. Ce tombeau est un monobloc de granit (sans fissure ou craque), mais lorsqu’on cogne dessus avec une pierre, il sonne vide ou creux. Comme s’il y avait quelque chose à l’intérieur. Les autorités sont actuellement à attendre une machine à Rayon X afin de découvrir ce qui se cache dans ce tombeau.

Ensuite, nous visitons une église qui a de belles fresques bibliques peintes sur les murs extérieurs. C’est tout de même unique de voir ça. Juste en face se trouve l’immense bain de la reine Saba. C’est ici que les gens viennent se faire baptiser. Aujourd’hui, nous voyons des jeunes hommes et quelques adultes s’y laver.

Nous prenons le jeep pour nous rendre au tombeau des trois Rois mages. Nous descendons dans la chambre funéraire où il y a trois cases vides. Selon la légende, les trois Rois mages auraient été ici, mais ils ne sont plus là! Le mystère plane encore aujourd’hui.

Aksoum reste une ville forte intéressante pour les amateurs d’histoire et d’archéologie, sinon celle-ci reste une étape vers la région de Tigré.  Nous entrons à l’hôtel (Ethiopis Hotel Aksum) et décidons d’aller manger une pizza au restaurant Kuda Juice and Pizzeria. Très branché, il est plein à craquer de gens locaux habillés à la mode. Nous réussissons à trouver les 4 dernières places. La pizza est très bonne et nous passons une belle soirée à discuter de la vie avec nos filles. C’est l’fun d’avoir le temps d’être ensemble sans cellulaire et sans être pressés. Nous retournons nous coucher vers 21h30.

Catégories : Éthiopie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.