Nous prenons la route pour Mombasa vers 9h30. En chemin, nous voyons plusieurs huttes recouvertes de sacs de plastique trouvés au fil du temps et assemblés un peu n’importe comment.  Nous rencontrons plusieurs villages. Des gens vendent du charbon, d’autres vendent du riz et d’autres vendent des mangues. Nous voyons même certaines personnes avec un bidon d’eau qui s’offrent comme « CAR WASH »!

Il est midi lorsque nous arrivons au bureau climatisé de David! Il est encore tout sourire et écoute nos péripéties! Les guides sortent tout l’équipement du camion et le redonne à David. On organise avec lui notre retour à l’aéroport prévu dans 3 jours : un de ses chauffeurs viendra nous chercher. On le remercie, on le paye d’avance et on repart avec Musa et Ibrahim en direction de Diani.

Kenya 2011 575

Le paysage a maintenant changé. On voit des palmiers et des fleurs, la mer est proche!

On se met en file pour le traversier. Interdiction de filmer ou de prendre des photos. Il y a plus de gens sans voitures qui attendent, c’est impressionnant. Ils embarqueront tous dans des « Matatus » de l’autre côté. Des vendeurs nous offrent des noix ou des bananes, des scupltures d’éléphants, des bracelets, des lunettes fumées. « No, thank you! » leur disons-nous avec un grand sourire.

Nous arrêtont faire l’épicerie et arrivons 1h30 plus tard à notre villa sur le bord de la mer: le Komba cottage kombacottage-kenya.com . Il n’y a personne pour nous accueillir. Nous sommes dimanche et tout le monde est en congé. On téléphone au numéro que nous voyons au travers de la fenêtre du bureau de la réception et quelqu’un vient nous ouvrir.

Nous entrons accompagnés de Musa et Ibrahim : Wow! Wow! Et rewow! C’est immense et magnifique! Il fait très chaud, nous sommes tous en sueur avec tous nos bagages et nos sacs d’épicerie. Nos guides sont étonnés de la beauté de la maison! Il faut avouer que nous avons de la chance: la proprio du cottage nous a loué sa propre maison pendant son absence.

Kenya 2011 584

Kenya 2011 600 Kenya 2011 594

Kenya 2011 601

Kenya 2011 578 Kenya 2011 577

Il est temps de se séparer de nos amis. Les filles leur donnent le dessin qu’elles ont fait pour eux et le texte que nous avions écrit pour chacun d’eux. À gauche, vous pouvez apercevoir Musa qui cuisine sous un arbre, près d’une tente. À droite, il s’agit des animaux que vous avons vus avec Ibrahim!

Kenya 2011 576

Nous leur donnons une bouteille de sirop d’érable. Nous leur donnons un pourboire pour les remercier de leurs bons services. On se fait des étreintes et ils repartent. Nous sommes émus. Sophie me dit : « Maman, je suis triste dans mon cœur! » Je la serre dans mes bras. C’est normal ma belle fille d’amour, nous avons vécu de superbes moments en leur compagnie et nous ne les reverrons plus jamais. Mais ils vont rester dans nos souvenirs pour toujours. C’est vrai que c’est difficile les séparations. Nous rêvions depuis longtemps de faire un safari au Kenya, nous avons eu la chance de le faire avec des gens généreux et sympathiques, et c’est maintenant fini. Le rêve est réalisé. C’est étrange comme sensation… Y rêver si longtemps et en 10 jours, c’est terminé!

Un merci spécial à mon chum qui a préparé cette folle aventure pendant plusieurs mois! C’est grâce à lui si nous avons fait un safari qui nous ressemble. Merci mon Amour!

Kenya 2011 568

Bon, il nous reste 3 belles journées à vivre et on passe à autre chose. Il faut vider les sacs d’épicerie et manger. On se fait notre premier repas, on a chaud, on a faim, allons-y avec de délicieuses sandwiches à la dinde.  Nous sommes tous en sueur et il est grand temps qu’on aille se baigner. Vite, les maillots de bain et la crème solaire, puis hop! Dans la piscine! Mon dieu, l’eau est tellement chaude, je ne me suis jamais saucée aussi rapidement! Il fait aussi chaud dans l’eau qu’à l’extérieur. Ça nous rafraîchit quand même un peu. Nous sommes encore seuls dans le complexe, quelle chance!

Kenya 2011 615

Nous allons faire un tour à la plage, mais la marée est trop haute pour que nous puissions descendre par notre chemin privé. Nous devons sortir vers la route et revenir par un chemin public, et c’est là que les 2 « Beach Boys » nous attrapent! Ils sont bien gentils, nous demandent d’où on vient. Et nous, bien naïvement, nous leur avouons que c’est notre première journée ici… Et ils commencent à vouloir nous vendre du snorkeling, et ils n’arrêtent pas…

Steve et les filles vont se mettre les pieds dans l’eau pendant que je surveille sandales et serviettes. Il y a beaucoup d’algues et Steve se fait « piquer » sur la cheville par un petit « jelly-fish ». Ouche! Les 2 « Beach Boys » réagissent très vite et prennent des feuilles de « mangrove tree », les déchiquètent, et frottent rapidement sur la blessure de Steve. Wow! Nous sommes heureux de leur dévouement, mais maintenant, leur discours change et devient : « Vous savez, habituellement, lorsqu’on fait ça sur la plage, on demande de l’argent aux touristes… Mais puisque c’est vous, c’est correct. » Et là, ils nous disent qu’ils gagnent leur vie avec le snorkeling, sinon ils vont tomber dans la criminalité… Aaaaah! Nous sommes découragés, ils nous suivent sans cesse, et on ne sait plus comment s’en débarrasser. Steve leur répond : « Peut-être demain… » Et nous partons.

Nous revenons pour souper à notre villa, un peu déçus de notre rencontre avec ces jeunes. En soirée, nous regardons un DVD : « Les Prédateurs de l’Afrique » par National Geographic. Intéressant ce documentaire, surtout quand on a vu ces animaux sauvages pendant 10 jours. De les voir aussi près, dévorer leurs proies, avec les explications d’un expert, c’est génial.

Lundi 7 mars 2011

Beau dodo avec ventilateur, un drap de coton blanc tout léger et un moustiquaire. Il a fait très chaud, mais on a bien dormi. On se réveille vers 7h et on a tous des nouvelles piqûres. Les filles en ont vraiment beaucoup, c’est désastreux. Heureusement que nous prenons des comprimés contre la malaria, sinon, je serais beaucoup plus stressée.

On se fait de belles rôties à la confiture de fraises pour déjeuner et on boit un bon jus d’orange! Miam, miam.

Surprise! À 8h, June, le domestique de la maison arrive. Il est très poli et souriant. Il ouvre toutes les portes françaises, alors que nous, nous avions peur que les singes entrent.

Je lui demande si on peut laver notre linge dans la laveuse frontale de la salle de bains. Il me répond qu’il va s’en occuper. Nous lui demandons s’il est possible d’acheter du poisson ou des crabes directement des pêcheurs et il nous dit qu’il va appeler un pêcheur qu’il connaît.

On part à la piscine pour se rafraîchir, et oui, il fait déjà très chaud! Lorsqu’on revient à la maison, June a lavé la vaisselle, il a sorti les poubelles, il a étendu notre linge propre sur la corde et il a écrit sur nos lits : « Welcome Audrey and Sophie » et « Welcome Steve and Stephanie » avec des pétales de fleurs. Wow! Nous sommes un peu gênés devant tant de bonté! Son ami pêcheur arrive avec de beaux crabes frais, nous en achetons 3.

Kenya 2011 579

Nous partons à pied au « centre-ville ». Nous trouvons un endroit où il y a internet et en profitons pour écrire à nos proches pour la 3ème et dernière fois du voyage. Il fait chaud dans ce local! Audrey en devient presque mauve!!!

Kenya 2011 581

On va à la banque et on retourne à l’épicerie. Nous revenons à la villa en Matatu que nous n’avions pas eu la chance d’essayer pendant notre voyage. Comme c’est notre habitude de tester les transports locaux, nous en faisons l’expérience pour 2 kilomètres seulement! Nous sommes 17!

Kenya 2011 583 Kenya 2011 582

Lorsque nous revenons, June nettoie les fleurs, il a mis la table pour dîner et il a préparé les 3 crabes, qui sont cuits et prêts dans le frigo! Wow!

Nous nous préparons des sous-marins pour dîner : dinde, oignons rouges, mayo, tomates et œufs à la coque. June nous regarde d’un air amusé : il est curieux de savoir comment nous faisons nos sandwiches au Québec!

June termine de travailler à 14h, alors on lui dit : « À demain! »

Nous retournons à la piscine de 15h à 17h, avant de se faire un souper divin. Au menu, pâtes au crabe frais. Arrosé de vin blanc. Quel délice. Mangues pour dessert.

Audrey s’endort sur le divan vers 19h15. Elle passe donc son tour pour la douche. On se couche vers 20h00 et nous nous assurons que nos moustiquaires sont bien entrées sous nos matelas. C’est June qui nous a expliqués comment bien le faire! Il était temps, 2 jours avant la fin du voyage!!!

Mardi 8 mars 2011

Réveil vers 6h50, les singes font du bruit dehors. Les filles montent nous voir dans notre chambre. Pas de nouvelles piqûres ce matin, yé!

Kenya 2011 618

On sort déjeuner à l’extérieur et pendant que nous mangeons calmement, on entend derrière le mur : « Jambo! Jambo! » La voix n’est pas celle de June, mais nous connaissons cette voix. C’est Musa!!! Il est venu nous rendre visite en Matatu. Quelle surprise, nous sommes vraiment contents de le revoir. Il a fait une heure de route et n’était pas certain de notre présence. Il est tout beau, tout relaxe. On lui offre un bon verre de jus d’orange. Il nous raconte ce que tout le monde lui demande, depuis son retour en safari avec nous : « Et puis, les enfants n’ont pas été malades? » Les gens sont très surpris de savoir que nous avons fait un safari parfait en famille! C’est grâce à Musa! Et il en est très fier. Il reste à jaser avec nous pendant 45 minutes et repart avec un grand sourire, le sourire de quelqu’un qui a accompli son travail avec succès!

Ce matin, nous repartons pour la plage, non pas sans stress… Est-ce que les « Beach Boys » nous verrons et nous suivrons partout? Nous nous préparons des plans du genre : « Ok, les filles, on fait semblant qu’on est sourd et muet », ou « Ok, les filles, on parle en chinois ». Finalement, nous optons pour le plan : « Nous ne parlons pas anglais, mais seulement français. » De nouveaux vendeurs de n’importe quoi viennent dans notre direction et nous suivons notre plan à la lettre. Ils ne savent que dire « Bonjour, ça va? », alors on peut continuer notre marche dans le sable chaud sans discuter avec eux.

Mais notre vendeur d’il y a 2 jours nous retrouve et essaye de vendre à Steve son excursion de snorkeling. Pauvre Steve, il est vraiment pris avec lui. C’est là que j’ai une autre idée : « Ok les filles, c’est le temps de déranger Papa! » Alors les filles lui tirent par la main, l’obligeant ainsi à se retirer poliment de sa discussion. Puis, il prend tout son courage à 2 mains, et dit un NON final et définitif à notre vendeur itinérant! Bon! C’est fait, nous en sommes débarrassés. Et nous retournons à la maison, car le soleil tape trop fort.

Steve demande à June si nous pouvons avoir un poisson frais du jour de son ami pêcheur. Il l’appelle et nous amène un gros « Red snapper », qu’on appelle « vivaneau rouge », au Québec. June aiguise son couteau sur une pierre dehors et nous prépare de beaux filets, que nous n’aurons qu’à faire cuire ce soir.

Kenya 2011 587

Nous l’invitons à dîner avec nous, car il nous reste beaucoup de pâtes au crabe et nous aimerions bien le partager avec lui. Nous sommes tous assis autour de la table et il vient prendre son bol pour aller manger seul à l’intérieur. « Non, non. Nous voulons que tu manges avec nous, June! » Pauvre lui, il était prêt à aller manger tout seul dans la cuisine.

Il part vers 14h après avoir fait la vaisselle. Nous lui donnons des pantalons d’enfants et des crayons à colorier.

Nous préparons nos sacs à dos pour l’avion de demain, nous pourrons ainsi profiter de notre dernière journée sans nous stresser avec les bagages.

Nous retournons à la piscine de 15h à 16h30. Les singes colobes s’amusent à courir autour de nous, pendant que les filles nagent de mieux en mieux. Depuis 2 jours, nous leur avons montré à plonger, à faire des chandelles, à aller toucher dans le fond de la piscine debout et assis. Nous nous sommes amusés comme jamais ensemble tous les 4.

Kenya 2011 614

Pour le souper, nous préparons une salade de tomates, d’oignons rouges et de lime. Nous mangeons des patates rôties avec le poisson. Le tout, servi avec un bon vin blanc africain. Muzuri! Délicieux!

Dernière soirée, nous allons faire un tour à la piscine. Nous expliquons ce qu’est un bain de minuit à nos filles et Audrey est la seule à l’essayer! Sophie a trop peur que quelqu’un la surprenne! Mais nous sommes tellement seuls ici, qu’Audrey est tranquille pour toute la durée de sa baignade!

Nous regardons encore un film sur l’Afrique avant de coucher les filles. Steve et moi profitons de notre salon annexé à notre chambre pour regarder pleins de beaux livres sur l’Afrique. C’est là que nous décidons que notre prochain voyage en terre africaine sera en Éthiopie.

Mercredi 9 mars 2011

Les filles viennent nous réveiller vers 7h. Nous profitons de ce moment en famille avant d’aller déjeuner. June arrive à 8h20 et nous partons pour une dernière sortie à la mer. Cette fois-ci, nous ne sommes pas importunés par les « Beach Boys ». La marée est encore basse, il y a donc beaucoup d’algues, mais nous réussissons à nous trouver un beau petit coin. Nous ne restons qu’une heure, car le soleil nous brûle la peau. Nous retournons à la piscine et les filles se baignent en t-shirt.

Pendant que nous préparons le dîner : salade de pâtes, carottes râpées, oignons, œufs, pommes, cornichons et mayo-lime, les filles écoutent un autre documentaire sur les animaux sauvages. C’est fou comme notre intérêt a changé pour ce genre de films maintenant.

June nous a préparé un autre message sur nos lits, cette fois-ci, il a fait un avion et nous dit Bye.

Kenya 2011 623

Mais nous aussi, nous lui en préparons un à notre tour.

Nous écrivons : « Kwaeri! Asante sana June », ce qui veut dire : « Aurevoir! Merci beaucoup June ». Je crois qu’il est touché de notre attention. Nous lui donnons toute la nourriture que nous avons en trop et un pourboire pour le remercier de tous les services rendus. Vraiment, nous ne sommes pas habitués à nous faire servir, ce fût donc une drôle d’expérience : un mélange de gêne et de plaisir!

Kenya 2011 625

C’est toujours difficile de se séparer des gens rencontrés en voyage, parce que cela signifie qu’une partie de notre trajet est terminé, accompli et maintenant derrière nous. Maintenant, c’est bien vrai que notre voyage est fini… snif! snif!

Notre chauffeur arrive à 16h et tel que convenu, l’air climatisé fonctionne à plein régime dans la voiture, ouf! Lorsque nous partons pour le trajet du retour à la maison, nous ne voulons pas mourir de chaleur tout de suite! Nous en avons quand même pour 30 heures avant de toucher le sol de Québec.

C’est le neveu de David, il est très gentil et nous échangeons beaucoup sur le Kenya versus le Canada.

Il nous fait « visiter » en auto le Vieux-Mombasa et nous amène manger une pizza avant de nous laisser à l’aéroport vers 18h40.

Petit vol de 40 minutes pour la capitale de Nairobi.

Kenya 2011 627

Catégories : Kenya

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *