Jour 15

Ce matin, nous prenons ça relax. Nous en profitons pour dormir plus tard et prenons un déjeuner vers 9h00. Nous consacrons notre avant-midi à la piscine, à faire du lavage et à écrire nos textes. Nous faisons vraiment les « gros lards », car nous dînons également à l’hôtel. Tout un avant-midi à rien faire, c’est assez rare chez les Côté en voyage.

Vers 14h00, Steve entend un bruit de scie mécanique et décide de regarder par la fenêtre. Il voit un gars qui fumige les bâtiments. Il court dehors pour enlever le linge qui séchait sur le balcon, juste avant de se faire envahir par la fumée de pesticide. Mmm, ça doit être bon pour la santé cette petite boucane!

Le jour avant nous avions vu une pancarte qui parlait de PEST…. mais là on vient de comprendre ce que tout cela voulait dire!

Il est 15h00 et c’est l’heure de sortir de notre cabane. Nous sommes à Bagan et ce n’est pas pour regarder notre chambre. Nous décidons de repartir visiter le temple secret d’hier soir, étant donné que la veille nous étions arrivés un peu trop tard pour admirer le coucher de soleil.

En enfourchant nos e-bikes, Stéphanie trouve que son scooter électrique fait un drôle de bruit, mais elle décide de continuer comme si rien n’était. Toutefois, 15 minutes plus tard, le bruit devient de plus en plus présent. Nous arrêtons sur le bord de la route pour regarder cela. C’est comme si les freins étaient coincés tout le temps. Mais comme la mécanique n’est pas notre fort, nous regardons le tout en surface et ne voyons rien qui accroche sur la roue. Nous décidons de poursuivre notre chemin. Nous sommes pratiquement arrivés au temple quand le bruit est vraiment majeur. Toujours en bons mécaniciens que nous sommes, nous regardons la situation à nouveau et il n’y a toujours rien d’apparent. Je dis à Steve que nous allons nous rendre jusqu’au temple et qu’il y aura sûrement un Birman en moto qui va connaître ça.

Nous ré-enfourchons nos e-bikes et reprenons la route avec cette mélodie de freins qui grincent. Nous arrivons au temple vers 15h45, nous sommes les seuls touristes,et comme prévu, il y a un birman en moto qui nous regarde et nous dit : problem? Nous lui répondons, YES, but don’t know. Il regarde et constate que c’est le « bearing » de roue avant qui est totalement fini. Il nous suggère de téléphoner notre hôtel pour leur expliquer la situation, car nous ne pourrons plus conduire dans cet état.  Il nous passe son cellulaire et nous parlons avec l’hôtel. Il nous demande où nous sommes situés, car ils vont venir faire un échange de e-bike. Wow, bon service! Nous laissons le Birman expliquer à notre hôtel notre position, car nous sommes dans un temple secret perdu au milieu des 4000 autres temples.

En attendant le changement de moto, nous gravissons le temple pour admirer les environs. Nous sommes les premiers et les seuls touristes. Nous en profitons pour prendre des photos.

45 minutes plus tard, voilà nos amis de l’hôtel qui arrivent avec un e-bike de rechange dans la boîte d’un mini pick-up. Nous les voyons arriver du haut du temple. Ils ne trouvent pas le chemin et prennent une route au travers des arbres et des arbustes. Nous rions de la situation et ceci confirme que notre temple secret est bel et bien secret! Steve descend du temple pour faire l’échange et nous revoilà avec un e-bike neuf.

Le soleil se couche et nous admirons la scène. Nous quittons les lieux avec le sentiment d’avoir réussi un des éléments de notre bucket list, soit de regarder le coucher de soleil au sommet d’un temple dans la plaine de Bagan.

Nous disons adieux à notre temple!

Sur notre chemin du retour, nous voyons un autre temple où plusieurs touristes sont grimpés. Yé, un autre temple secret. Nous décidons d’arrêter pour contempler cette vue. Nous arrivons un peu trop tard et le soleil est pratiquement couché.

Nous repartons et arrivons à l’intersection comme hier. Nous discutons si nous devons retourner à l’hôtel ou bien nous rendre à New Bagan pour souper. Le verdict tombe et les filles veulent encore manger de la pizza. Nous arrêtons à la même pizzeria. Toujours aussi bon. Nous nous régalons.

En quittant New Bagan, je constate que la batterie du nouveau e-bike est déjà à 50%. Je n’en fais pas un plat et nous partons en direction de notre hôtel, dans la noirceur. Steve est en avant et je m’aperçois que je ne suis pas capable de rouler aussi vite. Le e-bike n’a pas de puissance. La distance entre Steve et moi s’agrandit. Steve se rend compte du problème et arrête pour m’attendre. Je le rejoins finalement et je lui explique la situation. Ce n’est pas ma journée de chance avec les e-bikes! Nous continuons notre route à basse vitesse et la puissance de la batterie continue de descendre. Je n’ai pas le choix, je dois couper les phares pour économiser le plus possible la batterie. Steve est à côté de moi et il éclaire la route avec son e-bike. Au lieu de rouler à 60km/h, nous roulons à 25km/h, le maximum que la batterie est capable de faire. Plus nous avançons, moins vite nous roulons. Nous commençons à penser que nous n’arriverons pas à destination. La chance nous sourit et finalement nous arrivons juste à temps. C’est en entrant dans la cour de l’hôtel que le e-bike arrête presque de fonctionner.

Nous montons à notre chambre pour nous coucher, car demain matin nous avons l’intention de repartir tôt pour admirer le lever du soleil.

Catégories : Myanmar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.