Jour 10

Mercredi 27 février
Ce matin, nous quittons Mekele à 8h15.  Kuncho arrive au moment où Audrey se fait laver les souliers et que Sophie et moi sommes pognées pour jaser avec un passant qui se dit philosophe et qui n’en finit plus de parler. Nous devons partir. C’est ce qu’on appelle « sauvées par la cloche »!

C’est notre dernière journée avec Kuncho.  Nous avons 9 heures de route à faire aujourd’hui dans les montagnes pour nous rendre à Lalibela.  Nous commençons donc par mettre de l’essence.

Les paysages changent sans cesse. À certains moments, la montagne est verte avec de beaux champs de blé, de blé d’inde et de légumes. D’autres fois, la végétation devient très sèche et les champs sont peu fertiles. Tout dépend de l’eau qui coule dans la région. Certains versants de montagnes sont mieux que d’autres. Avec 103 millions d’habitants, il y a des gens qui vivent partout, peu importe les conditions.

Ici aussi, il y a peu de voitures, mais nous ne pouvons pas aller vite, car il y a toujours des obstacles sur la route (des nids-de-poule ou des dos d’âne). Nous partageons également la route avec les animaux (ânes, moutons, vaches, chèvres et dromadaires) et avec tout plein de gens à pied. Quand l’école commence ou se termine, nous voyons des centaines de jeunes défiler.

Nous traversons plusieurs villages et tout d’un coup, nous voyons plusieurs personnes converger vers un même point. Notre attention est attirée, car ils ont tous des dromadaires ou des gros boeufs. Curieux, nous tentons de voir vers où ses gens se rendent. Nous apercevons un marché local dans le haut d’un village. Nous demandons à Kuncho d’arrêter, car nous voulons visiter ce marché. Il accepte avec plaisir et rebrousse chemin pour nous y conduire.

Wow! C’est un immense marché de dromadaires d’un côté et de bœufs avec de longues cornes de l’autre côté. Tout le monde nous regarde. Il n’y a aucune femme ici à part nous 3. Ça bouge de partout. Il faut faire attention de ne pas nous faire accrocher ou encorner en marchant au travers de tout ce brouhaha. Très spécial à voir!

Nous reprenons la route sinueuse pour quelques heures et nous arrêtons dîner vers 13h00. C’est ici où tous les touristes arrêtent, car nous ne sommes pas les seuls à faire de la route aujourd’hui. Nous commandons du poulet grillé et lorsque les plats arrivent, l’un d’eux n’est pas très cuit, l’autre plat est froid, le pain est un peu moisi… Mmmm quel magnifique dîner! Nous partons en nous disant que nous mangerons des barres tendres plus tard!

Nous poursuivons notre route et Kuncho nous explique qu’à partir d’ici, ce sera une route « African massage ».  Cela veut dire que nous roulerons sur la gravelle avec des trous et que nous allons nous faire brasser pour les 4 prochaines heures!

Nous gravissons d’autres montagnes et le paysage est très beau. Nous arrêtons pour prendre des photos, et tout de suite, des gens accourent près de nous. Ils sont contents de nous voir, mais nous demandent de l’argent ou des crayons. Ils aiment nous observer également.

Nous repartons et soudainement, nous apercevons un groupe de singes lions/babouins Géladas.  Wow, c’est vraiment inattendu comme rencontre. Ils sont différents de ceux du Simiens, car ils sont plus foncés et ont de la couleur autour des yeux. Nous les admirons quelques minutes et poursuivons notre route.

Nous sommes pratiquement rendus, lorsque nous croisons un petit village de montagne où nous apercevons des gens jouer au volleyball.  Impossible de ne pas arrêter.  Kuncho a bien hâte lui aussi de jouer avec les filles.  Il demande aux joueurs si nous pouvons nous joindre à eux.  Ils acceptent avec plaisir.  En moins de 30 secondes, nous sommes entourés par tout plein d’enfants qui veulent assister au match.  Le décor est incroyable.  En fait, nous sommes sur le terrain d’une école et ce sont les professeurs qui jouent.  Audrey et Sophie s’amusent, mais il vente très fort et le ballon leur joue des tours!  Elles réussissent tout de même à épater la galerie avec de bonnes attaques.  Le soleil est sur le point de se coucher et il reste encore de la route à faire.  Nous devons partir, même si les filles auraient bien aimé jouer davantage.  C’est important de ne pas rouler à la noirceur avec tous les obstacles possibles!

Finalement, nous arrivons à Lalibela juste à temps pour admirer le coucher du soleil. Nous aurons fait plus de 10 heures de route aujourd’hui. Nous sommes épuisés, même si nous n’avons pas fait grand-chose.

Il est l’heure de faire nos adieux à Kuncho. Nous ne pensions pas être émotifs, mais dans les derniers jours, il s’est rapproché de nous. Il était très généreux, souriant et serviable envers nous.  Nous avons passé de très bons moments avec lui.  Chaque matin ou après chaque activité, il nous accueillait avec un sourire et donnait un gros colleux aux filles, un peu comme un papa.  Nous lui remettons un bon pourboire ainsi qu’une photo de nous.  Les filles ont écrit un mot à l’endos.  Il est très ému, et nous aussi.  Il nous console pendant de longues minutes avant de partir.  Merci pour tout Kuncho, tu nous auras fait vivre des moments inoubliables et nous en sommes reconnaissant.

Nous découvrons notre hôtel, le Top Twelve Hotel et la vue magnifique que nous avons. Nous soupons dehors et nous allons nous coucher pour reprendre des forces.

Catégories : Éthiopie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.