Jour 8

Déjà une semaine que nous sommes partis du Québec. Ce matin, nous avons encore la chance de voir les pêcheurs à l’oeuvre juste devant notre bungalow.  C’est vraiment intéressant de les voir travailler de si près.  Nous partons déjeuner. Sophie et moi, nous aimons bien le déjeuner Birman tandis que Steve et Audrey préfèrent prendre des crêpes au miel et à la lime!

Nous quittons vers 8h00, en bateau, pour aller visiter un marché. Autour du lac, les marchés tournent entre 5 villages. Aujourd’hui, c’est le tour de Pekon. Sur notre chemin, nous apercevons encore plusieurs scènes de pêcheurs. La lumière est vraiment belle.

Une heure de bateau plus tard, les cheveux au vent, nous arrivons sur les lieux. Le village est bondé de gens des différentes tribus des alentours, dont les PaO, Lisu, Intah, Shan, Palaung, Karen, Danu, etc. Les prises de vue pour les photos sont vraiment incroyables. Nous sommes les seuls touristes dans tout le marché.


Nous achetons différents produits locaux afin d’encourager les marchands, dont du thé, des fleurs, des fruits et des légumes. Nous les redonnons à d’autres gens que nous croisons sur notre chemin, ce qui nous permet de faire d’autres heureux.

Nous  croisons des moines qui viennent chercher leur nourriture sous forme d’offrande.  Tous les gens que nous voyons contribuent, même les plus pauvres.  C’est vraiment incroyable comment les gens sont généreux.

Nous réussissons à faire quelques photos portraits, malgré que ce soit très gênant à faire avec notre Nikon et son Zoom.  Audrey et Steve prennent les commandes.

 

Il est 11h00, le marché commence à être moins animé, il est temps de repartir en direction de notre hôtel.  Nous devons refaire une autre heure de bateau.

En arrivant, nous donnons les fleurs que nous avons achetées à nos hôtes en guise de remerciement pour nous avoir passé leur voiture. Nous dînons et en après-midi nous relaxons dans notre chambre. Comme à l’habitude, Steve ne tient plus en place après une heure sur le balcon et décide d’essayer le canot.  Il nous fait bien rire, car il réalise qu’il faut être bien agile pour tenir en équilibre sur cette embarcation.  Il réussit tout de même à bien se débrouiller.  Ses racines d’ancêtres bûcherons explorateurs canadiens remontent en lui!

Vers 16h00, nous retournons avec le CRV du proprio pour une dernière visite du village.  Cette fois-ci, nous retrouvons les petits joueurs de volley-ball que nous avions rencontrés le premier jour. Sophie ne les connaît pas encore. Nous n’avons pas le temps de débarquer de la voiture qu’ils sont déjà au seuil de notre porte pour nous donner la main. Nous leur présentons Sophie et en deux temps, trois mouvements, Audrey est dans un match de volley-ball avec eux. Sophie et Steve font des manchettes avec un autre groupe, et moi je me joins à eux après avoir pris quelques photos de la scène et donné des autocollants aux filles. Il y a environ une trentaine d’enfants de 5 à 15 ans. Ils veulent tous nous toucher et nous serrer la main.

Encore une fois, nous tentons de faire jouer des petites filles au volley-ball. Nous leur envoyons la balle, mais elles sont gênées et n’osent pas toucher le ballon, comme si elles n’avaient pas le droit de le faire. Enfin, il y en a une qui se décide, mais après deux touches, elle abandonne. Sa grande sœur, âgé de 16 ans, parle bien l’anglais et nous invite à visiter sa maison, Sophie et moi. Elle nous pose plein de questions, entre autres : « Qu’est-ce que vous mangez? » C’est gênant de leur dire que nous mangeons toutes les sortes d’aliments qu’il y a sur la Terre, quand eux ne mangent que du riz. Nous prenons conscience de cette grande différence. Surtout, que certains soirs de semaine, on ne sait plus quoi manger, car on a l’impression d’avoir fait le tour…

Nous retournons au volley-ball et Steve décide de donner la chance aux plus petits (5 ans) de jouer sur le terrain. Il leur fait des touches pour qu’ils puissent faire des attaques. Ils sont tellement contents de pouvoir jouer. Les petits garçons sont énervés.

Plus tard, Steve les fait sauter dans les airs en tenant leurs mains : « Un, deux, trois, on saute! » Tout le monde veut le faire. Steve les prend tous en cercle et ils sautent en comptant en français, toute la gang en même temps. C’est trop drôle! J’oublie de vous dire qu’il y a plein de spectateurs autour de nous et dans les maisons autour. On met le party dans le village!

Le soleil se couche tranquillement et il commence à faire noir. C’est malheureusement le temps de rentrer. C’est le cœur gros que nous leur faisons nos adieux. Ils nous disent : « See you later », mais ils ne savent pas que nous ne reviendrons pas demain. Nous quittons ce moment magique en nous demandant si on ne devrait pas ajouter une nuit de plus ici pour revenir jouer avec eux. Mais nous savons qu’il serait difficile de reproduire cet instant merveilleux et nous préférons l’imprégner dans notre mémoire.

Nous arrivons à l’hôtel dans la noirceur comme les deux derniers soirs. Nous prenons notre repas, mais sans coupe de vin cette fois-ci! Ce soir, le repas est délicieux et nous nous régalons. Encore une fois, nous repensons aux enfants du village et nous nous répétons que les plus beaux moments de voyage sont ceux qui ne coûtent rien.

Catégories : Myanmar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.