Jour 17

Mercredi 6 mars
Ce matin, départ à 8h30 pour Addis Abeba. Et oui, nous devons nous retaper la super route médiocre de 500 km qui nous a pris 10 heures! C’est notre dernière journée en Éthiopie. Nous sommes un peu nostalgiques. Nous en profitons pour bien regarder les paysages et les graver dans notre mémoire pour toujours. Nous arrêtons dîner et en profitons pour faire laver nos espadrilles qui sont plus que sales!

C’est encore une longue journée de voiture. Nous ne savons plus quelles positions prendre pour nous dégourdir. Nous arrivons enfin dans la capitale. Il est 18h30.

Au total, nous aurons roulé 2250 km en 6 jours dans le sud.

Solomon nous emmène souper dans un restaurant traditionnel éthiopien situé tout près de l’aéroport, le Yod Abyssinia. Très touristique. Il y a des musiciens, des chanteurs et des danseurs sur une scène pendant qu’on nous sert les plats éthiopiens traditionnels. Comme c’est notre dernier repas, nous en profitons pour y goûter une dernière fois. Bof! On ne s’ennuiera pas de la bouffe.

Il est 20h00 et Solomon vient nous reconduire à l’aéroport. C’est le temps de payer notre forfait et de lui faire nos adieux. Nous partons le cœur gros, car nous sommes bien privilégiés d’avoir fait sa connaissance. Il a su comprendre nos besoins et nous a fait vivre une aventure extraordinaire en toute sécurité. Merci Solomon pour tout ton attention!

Nous arrivons au comptoir d’Ethiopian Airlines et Steve est bien prêt à tout essayer pour que nous puissions avoir un dédommagement. Il a mal digéré le vol annulé de l’autre jour et l’absence de compensation. Il demande à la dame s’il y a une note à notre dossier concernant un « up-grade », suite à la mésaventure que nous avons eu sur Jinka. La femme dit qu’il n’y a rien. Il demande à parler à son superviseur. Elle va le chercher et il lui explique  la situation. Steve avait pris la photo du gérant comme preuve de son témoignage, disant qu’il essayerait de nous faire avoir un up-grade, s’il y avait de la disponibilité le jour de notre départ. Le superviseur reconnaît le gérant sur la photo et appelle son manager pour lui parler de notre histoire et valider s’il peut procéder au up-grade. Il nous confirme qu’il y a de la place sur le vol, mais 15 minutes plus tard, il revient en nous expliquant qu’il n’a pas l’autorisation. Steve ré-insiste (il est plus persévérant que moi!) et demande à parler directement avec le manager. Celui-ci reconfirme que sa décision est définitive. Il dit toutefois que nous pouvons faire une plainte officielle. Steve demande son courriel pour faire la plainte et nous quittons. Nous sommes dans la file d’attente pour la douane quand le manager arrive derrière nous et nous interpelle. Il dit qu’il veut nous parler une fois la douane traversée.

Nous le rencontrons et lui racontons la journée que nous avons vécue quand le président du Kenya est atterri un peu avant nous. Il nous dit qu’il avait mal compris notre cas. Steve lui explique également qu’il est membre Élite Or avec Star Alliance depuis plusieurs années et qu’il est bien déçu de la tournure des événements. Il nous conduit dans le lounge et 15 minutes plus tard, nous recevons la bonne nouvelle : il accepte de nous « up-grader » en première classe!!! Nous avons de la misère à le croire, mais nos 4 nouveaux billets indiquent bel et bien que nous avons les sièges de la rangée 1.

Il est 22h30 quand nous embarquons dans l’avion : un Boeing 787 Dreamliner tout neuf. Et oui, notre siège se couche complètement à l’horizontal, comme un vrai lit. Nous avons un oreiller et une couverture en duvet. Nous sommes aux anges. Le service est presque personnalisé. Les agentes s’assurent que nous ne manquons de rien. Lorsque nous décollons, nous ne sentons rien. Nous avons l’impression d’être assis dans notre salon. Nous sommes tellement excités. Steve est fier de son coup! Et nous sommes vraiment fières de lui!

Nous volons en direction de Dublin pour un arrêt afin de faire le plein, et un changement d’équipage. Nous dormons les huit heures au complet. Facile quand nous sommes aussi confortables! Nous repartons pour Toronto, il reste 7 heures. Nous redormons un autre deux heures jusqu’au repas. Encore là, c’est la grande classe : nappe blanche, coupe de champagne, de vrais ustensiles. C’est vraiment merveilleux de vivre ça en famille. Nous avons l’impression d’être la famille royale. On ne pouvait pas mieux finir notre voyage.

Après 15 heures de vol, une escale à Toronto de 5 heures et 1h30 de vol jusqu’à Québec, nous arrivons chez nous, sains et saufs, et la tête pleine de souvenirs.

L’éthiopie fut un vrai coup de coeur et nous le recommandons, sans hésitez, à tous.

Catégories : Éthiopie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.