Jour 6

Ce matin, nous nous réveillons dans le village de Loikaw.  Notre hotel: Nawaday Hotel était bien situé et nous avons bien dormi, surtout après notre nuit chez les femmes girafes.  Au sommet de l’hôtel, il y une superbe terrasse et nous mangeons comme à la maison. Il y a des crêpes et du beurre d’arachide.

Steve avait trouvé sur Internet qu’il était possible de transiter de Loikaw jusqu’au lac Inlé via le Lac Pekon et le Lac Samkar.  C’est ce que allons faire ce matin.  Le chauffeur de notre futur hôtel se pointe au Nawaday Hotel pour venir nous chercher. Nous prenons la route vers 9h00 avec notre chauffeur qui ne parle aucun mot d’anglais.  La route est en construction et il n’y a qu’une seule voie de large.  Lorsque nous rencontrons d’autres voitures, il faut mettre les deux roues sur l’accotement.  Belle cascade!

 

Après une heure, nous arrivons sur le bord du lac, à Pekon, où nous poursuivrons en bateau. Comme nous partons d’un endroit moins visité, nous sommes les seuls touristes ce matin. Les regards sont sur nous et Sophie attire l’attention. À bien y penser, elle est probablement la seule touriste en béquilles au Myanmar! Qui part en voyage en béquilles?!?

En voyant Sophie, notre chauffeur approche son bateau-pirogue le plus près possible. Elle doit quand même se promener sur des longues planches de bois branlantes sous la supervision de Steve.  Une personne vient à notre rencontre sur le quai et nous devons payer notre droit d’entrée sur le Lac Inlé (K12,500/pers.), donc pas moyen de s’en sortir!

Nous sommes bien installés sur 4 chaises alignées l’une en arrière de l’autre. Nous avons des coussins, des couvertures, des parasols, des bouteilles d’eau et des vestes de sauvetage. Nous sommes bien équipés, mais c’est moins propice à la discussion! Surtout que le moteur fait un bruit d’enfer.

 

Nous voyons nos premiers pêcheurs traditionnels, des petits villages le long du lac et des pagodes dorées.

Après une heure, nous arrivons au Lac Samkar et voyons notre village au loin. Je vous donne son nom et vous allez voir qu’il est très facile à retenir : Lwe Nwe Phayartaung Yay Seik. Je pense que c’est plus de 100 points au Scrabble.

Quand nous apercevons notre hôtel sur pilotis, nous comprenons rapidement que nous serons au paradis. Bienvenue au Inle Sanctuary Hotel. Steve l’a déniché en fouillant sur Google Earth. Il cherchait un hôtel à l’écart, on l’a! Il est ouvert depuis un an, il y a seulement 7 bungalows et c’est le seul hôtel du village.

Le propriétaire, Aung Min, de la tribu Pa-O, vient nous accueillir avec un grand sourire. Sophie doit encore franchir plusieurs étapes avant d’accéder au quai principal. Pour elle, c’est presqu’un parcours de « American Ninja Warriors »!

Nous visitons notre bungalow et sommes éblouis. Des lits pour tout le monde (les filles étaient supposées partager un lit simple…), des pantoufles blanches, des robes de chambre, un patio avec 2 chaises longues, une douche avec fenêtres qui donnent sur le lac. Bref, un coup de cœur assuré.

Pour le menu de leur restaurant, nous mangeons ce que la femme du propriétaire cuisine. Un seul menu par jour, et c’est parfait comme ça, on ne se casse pas la tête à savoir ce qu’on va manger. Ce midi: nouilles aux légumes.

Dans l’après-midi, nous prenons du temps pour relaxer et apprécier la tranquillité de l’endroit. Nous planifions des massages pour la soirée. À 10$ de l’heure, ce serait difficile de s’en passer.

En fin de journée, c’est le temps pour le premier vrai compromis de Sophie. Nous allons visiter le village à pied et ce ne sera pas possible pour elle. Il est proche pour nous, mais trop loin pour quelqu’un en béquilles. Sophie a droit à son massage pendant ce temps. C’est une technique de pressions sur les points de tension, par-dessus les vêtements. Le massothérapeute vient directement sur notre patio. Nous nous assurons que tout est correct avant de la laisser toute seule.

En marchant, nous voyons les gens travailler sur leur terrain, construire des maisons, faire leur lavage, nourrir leurs buffles. Leur vie quotidienne avec le soleil qui se couche au loin. Tous nous envoient la main et nous font de beaux sourires. Nous les saluons en disant : « Mig la ba ».

Un peu partout, nous voyons de petits terrains de volley-ball. On arrête regarder les enfants jouer. Steve et Audrey vont se joindre à eux pour échanger quelques balles.

Plus loin, nous nous arrêtons jaser avec un groupe de femmes qui écalent des fruits comme on fait avec des arachides. Ce n’est pas long que plusieurs personnes se joignent à nous. Nous leur montrons des photos du Québec et de la neige. Cela nous aide beaucoup à communiquer avec les gens. J’ai droit à mon premier : « You are beautiful », adressé à moi et non à mes filles.

Nous poursuivons notre marche dans le village et arrivons à un autre match de volley. Cette fois-ci, il y a plus de jeunes et même des spectateurs. Ils ont environ 10 ans et jouent comme des pros. C’est vraiment impressionnant de voir leur niveau de jeu. Leurs passes sont superbes et ils font des attaques de fou. En plus, les jeunes sautent au filet pour le bloc. Bref, c’est du haut calibre pour des jeunes de cet âge. Le filet est très bas et artisanal, mais ils ont du plaisir. Steve et Audrey se joignent à eux. Les jeunes n’ont pas l’air trop certain de vouloir une fille dans leur équipe, mais finalement, quand ils voient le talent d’Audrey, ils sont vraiment contents! Audrey a beaucoup de plaisir.

Le soleil est presque couché. C’est l’heure de partir, car nous n’avons pas apporté nos lampes de poche.

Il est 18h00. Nous retrouvons Sophie qui a adoré son massage. Nous allons au restaurant. Ce soir, nous mangeons du poisson, du poulet, des tomates et du riz. Comme dessert, assiette de papayes, melons d’eau et bananes.

À 19h30, c’est l’heure de notre massage. Les 3 hommes arrivent et ils ne parlent pas un mot anglais, alors c’est le propriétaire qui nous organise. La technique est assez raide et Audrey n’apprécie pas trop son massage. Steve et moi, nous nous endormons vers la fin. Ils doivent même nous réveiller pour qu’on les paye! Ils partent et nous nous rendormons aussitôt.

Catégories : Myanmar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.